Le site officiel de la Ligue Nationale de Basket

News

Les espoirs de l'ASVEL en visite chez le Professeur Ovize

17 December 2016, Saturday

Le cardiologue lyonnais Michel Ovize (à gauche) a détaillé son travail et échangé longuement avec les espoirs de l'Asvel et leur entraîneur Anthony Brossard (au centre)


Les espoirs de l'ASVEL sont allés à la rencontre du Professeur Ovize à Lyon, dont l'étude a été retenue dans le cadre des Journées de l'Avenir.



La mobilisation des clubs de la LNB dans le cadre des Journées de l’Avenir a permis de récolter 21670,43 € de dons destinés à la recherche médicale. Cette année, le projet du Professeur Ovize du CHU de Lyon a été retenu (voir plus bas). Samedi 19 novembre, en marge du match ASVEL – Paris Levallois, a eu lieu la remise du chèque au Professeur Ovize en présence d’Alain Béral, Président de la LNB, et de Dominique Letourneau, Président du Directoire de la Fondation de l’Avenir.


Mardi 13 décembre, des espoirs et des membres du staff de l’ASVEL sont allés à la rencontre du Professeur Ovize à l’Hôpital Louis Pradel, en présence d’Erik Lavarde de la Fondation de l’Avenir. Les différents acteurs ont ainsi pu échanger pendant une partie de la matinée autour de leurs activités respectives.

Le Professeur a commencé par insister sur l’importance pour les jeunes sportifs de détecter au plus tôt d’éventuelles maladies du cœur. Si la visite médicale est obligatoire pour tout licencié, des tests d’efforts ainsi que des électrocardiogrammes sont fortement recommandés chez les sportifs de haut niveau, qui«font travailler leur cœur très fort.»

Le service de rééducation du service de cardiologie de l’Hôpital Louis Pradel consiste à remettre en activité des personnes de 40 à 80 ans affectées par des problèmes cardiaques.«Contrairement à ce qui était préconisé il y a quelques années, l’un des traitements des patients est la reprise du sport », a souligné le cardiologue

L’objet de son étude, financée par les dons, vise précisément à déterminer si des personnes ayant un passé de sportif récupèrent mieux après une infarctus du myocarde. Étrangement, aucune étude ne la prouvé jusqu'à présent.«On aimerait savoir si le corps et le cœur gardent une mémoire ou bien si cela s’efface.»

Après la théorie, la pratique. Les espoirs ont visité l’environnement de travail du service de cardiologie et ont pu tester le matériel destiné à la rééducation des patients. Jonathan Kyungu, le pivot titulaire des espoirs rhôdaniens, a ainsi pu déployer son 2,04 m sur un vélo destiné à effectuer des tests d'efforts.

Anthony Brossard, l’entraîneur des espoirs, en a profité pour insister sur la qualité du suivi médical des pensionnaires du centre de formation villeurbannais. Les différents acteurs ont également échangé sur l’importance de l’alimentation et de la récupération chez les jeunes sportifs. Pour tous ces garçons, un futur au plus haut niveau passe inéluctablement par des sacrifices de chaque instant et une organisation sans faille entre basket et études. Ce fut l’occasion pour Thibaut Brossard de rappeler que moins d’une dizaine d’éléments par génération réussit à devenir professionnel.


Le projet du Professeur Ovize

« L’infarctus du myocarde touche environ 120 000 personnes chaque année en France. Si les soins réalisés en urgence sont capitaux pour traiter le patient, les premières semaines après l’infarctus sont également essentielles pour assurer sa qualité de vie ultérieure. La rééducation fonctionnelle du patient a fait ses preuves. Elle comporte en général 20 séances d’une demi-journée (sans hospitalisation) comprenant une information sur les traitements et les habitudes alimentaires et de l’exercice physique (gymnastique, marche, vélo). Elle contribue à un retour en forme physique, une réinsertion plus rapide et facilitée dans le monde du travail et la vie sociale. Notre étude a pour but de déterminer si les patients ayant eu une activité sportive avant l’infarctus récupèrent mieux et plus vite, et retrouvent un meilleur niveau de performance.»


Les Journées de l'Avenir ont 10 ans

Les Journées de l’Avenir, partenariat sportif et solidaire entre la Fondation de l’Avenir et la LNB, ont fêté leurs 10ans l’année dernière. Cet événement est avant tout le fruit dune rencontre. Rencontre de deux univers, mais surtout rencontre de deux hommes. En 2006, Jean Bayle-Lespitau, Président Fondateur de la Ligue Nationale de Basket et administrateur de la Fondation de l'Avenir et René Le Goff, Président de la LNB, décident de conclure un partenariat associant le monde sportif à celui de la recherche médicale.

Les Journées de l’Avenir ont ainsi été initiées afin de valoriser la recherche médicale appliquée et sensibiliser clubs, joueurs et supporters aux valeurs de solidarité du basket hors terrain. A partir de 2013, suite au décès du basketteur Thierry Rupert, l’événement s’est concentré plus spécifiquement sur les pathologies cardiovasculaires.

Du 1er avril au 7 mai derniers, les 36 clubs professionnels de la LNB se sont mobilisés et ont organisé des collectes de dons. 15563 € avaient été récoltés lors de l’édition 2015 et remis au Centich, pour un projet de télémédecine, le projet E-Care, visant à détecter, signaler et anticiper de manière précoce les situations à risque de décompensation des patients insuffisants cardiaques.


par LNB.

Source: LNB.

P. Équipe % Victoire Résultats
1.Espoirs Cholet9110v - 1d
2.Espoirs Strasbourg909v - 1d
3.Espoirs Gravelines-Dunkerque808v - 2d
4.Espoirs Lyon-Villeurbanne707v - 3d
5.Espoirs Chalons-Reims707v - 3d
6.Espoirs Chalon/Saone606v - 4d
7.Espoirs Limoges606v - 4d
8.Espoirs Nanterre606v - 4d
9.Espoirs Monaco505v - 5d
10.Espoirs Bourg-en-Bresse505v - 5d
11.Espoirs Le Portel505v - 5d
12.Espoirs Hyeres-Toulon404v - 6d
13.Espoirs Dijon303v - 7d
14.Espoirs Le Mans303v - 7d
15.Espoirs Levallois303v - 7d
16.Espoirs Boulazac202v - 8d
17.Espoirs Pau-Lacq-Orthez202v - 8d
18.Espoirs Antibes00v - 11d